Sélectionner une page

 

  • Ce Sommet a pour but de centrer les voix des plus marginalisés du mouvement 2SLGBTIQ+. Les personnes transgenres Noires, les personnes transgenres Autochtones, les personnes bispirituelles, les queers francophones, les travailleuses et travailleurs du sexe, les personnes trans en situation de handicap, les nouveaux·elles arrivant·e·s et les réfugié·e·s ainsi que les personnes non binaires. Nous nous engageons collectivement, respectueusement et courageusement à travailler fort pour notre communauté diversifiée, et à réclamer la justice pour toutes les personnes transgenres et non binaires et, par extension, toutes les personnes LGBTQI+. Notre existence est une révolution.
  • Supposez que tout le monde ici a sa place, et ce, peu importe son apparence, ses pronoms, etc. Il n’y a pas de « normes » qui déterminent qui est et n’est pas trans ou non binaire, et nous nous engageons à nous opposer à toute tentative d’établir et d’appliquer de telles normes.
  • Aucune forme de discrimination ne sera tolérée. Cela comprend les propos et les gestes racistes, xénophobes, homophobes, transphobes, sexistes, âgistes, classistes et / ou de dénigrement corporel. Cette liste n’est pas exhaustive.
  • Afin de créer un espace « suffisamment sûr », les organisateur·rice·s se réservent le droit et la responsabilité de voir à ce que les personnes qui adoptent un comportement préjudiciable et / ou discriminatoire quittent l’espace en ligne.
  • Nous reconnaissons que nous commettons tou·te·s des erreurs, que nous choisissons de discuter plutôt que de dénoncer et qu’il nous faut avoir de la compassion les uns pour les autres et nous engager à apprendre les uns des autres ainsi que sur nous-mêmes, alors que nous avançons ensemble en tant que communauté engagée dans la libération totale pour tou·te·s.
  • La transition ou le parcours d’affirmation de genre n’est pas linéaire. Nous reconnaissons que nous navigons notre propre processus d’affirmation du genre. Nous encourageons les autres à faire comme nous.
  • Pronoms : nous reconnaissons et respectons la relation fluide avec l’identité et la langue. Nous nous engageons à utiliser les bons pronoms lorsque nous nous adressons les uns aux autres, et ce, même si ces pronoms changent. N’ASSUMEZ PAS. S’IL VOUS PLAÎT, DEMANDEZ.
  • Nous nous engageons à utiliser un langage non genré et non capacitiste. Par exemple, dire « tout le monde » au lieu de « mesdames et messieurs » et « groupe » plutôt que « gars et filles ». Évitez d’utiliser les termes « fou », « malade », « attardé » ainsi que toute autre expression stigmatisantse. Utilisez plutôt des mots et des expressions comme « inhabituel », « extrême » et « mal pensé ».
  • Allié·e·s / complices / camarades blanc·he·s : il vous incombe de faire attention à la manière dont votre présence et vos privilèges affectent les autres. Bien que vous ayez le droit de vous sentir en sécurité, les blanc·he·s ne sont pas toujours conscient·e·s des dynamiques de pouvoir omniprésentes qui définissent es échanges quotidiens. Votre responsabilité consiste à a) être conscient·e des façons subtiles et manifestes dont les privilèges opèrent pour centrer votre voix et votre expérience, ce qui, par conséquent, marginalise ou réduit au silence celle des autres, et b) être conscient·e de vos interactions et de votre conduite avec l’intention précise d’occuper l’espace d’une manière qui profite à tou·te·s de manière égale. N’oubliez pas que les personnes racisées sont constamment sollicitées ou contraintes de faire plus de travail que les personnes blanches, y compris le labeur émotionnel et intellectuel d’éducation et de plaidoyer antiraciste. Les allié·e·s / complices / camarades blanc·he·s sont appelé·e·s à œuvrer afin de pallier cette inégalité (émotionnellement, financièrement, physiquement, socialement, etc.) et à assumer la responsabilité de cultiver une approche antioppressive dans le contexte de leurs engagements avec les autres.

Créé par Adebayo Chris Katiiti (RARICANow) et Kelendria Nation

Pin It on Pinterest